Parc du Gargano dans les Pouilles

Les Sites remarquables et les meilleures activités‎

Si vous prévoyez de passer vos vacances dans la région du Gargano, vous avez certainement envie de savoir quelles curiosités la presqu’île du nord des Pouilles a à offrir. Quels sont les sites incontournables ? Que peut-on faire sur place ? Le Parc national du Gargano offre au visiteur de nombreuses possibilités d’activités et d’excursions allant de la randonnée au farniente sur la plage, en passant par d’inoubliables découvertes culturelles et gastronomiques. Le Gargagno est aussi un lieu de pèlerinage très apprécié. Une chose est sûre : la presqu’île n’est pas dédiée au tourisme de masse, mais plutôt au « tourisme doux ». Mais alors, quelles sont les visites et excursions à prévoir dans la région du Gargano, dans les Pouilles ? Nous vous proposons de découvrir ci-après nos recommandations concernant des sites connus ou plus secrets du Parc national.

Lieux secrets à découvrir lors d’un séjour dans le Parc du Gargano

La presqu’île du Gargano est située dans le nord de la région des Pouilles, dans le sud-est de l’Italie. Elle s’enfonce sur une soixantaine de kilomètres dans la mer adriatique, interrompant ainsi la ligne sinon peu structurée de la côte est italienne. Cet « éperon de la botte italienne » est une destination à part, capable de satisfaire aux exigences les plus variées des vacanciers. Que vous soyez adeptes de baignades et de farniente sur l’une des nombreuses plages pittoresques comme la Spiaggia di Vignanotica, souvent surplombées par d’étranges éperons rocheux, de longues balades dans le cadre unique de la Foresta Umbra, l’épaisse forêt qui s’étend vers l’intérieur des terres, ou de sorties à la découverte de sites historiques ou religieux majeurs comme le sanctuaire du Monte Sant’Angelo, cette région aux richesses insoupçonnées a tout pour séduire chacune et chacun.

Le Parc national du Gargano abrite une rare diversité d’espèces florales et animales, ce qui en fait un haut lieu de la biodiversité, mais la presqu’île de l’est de la province de Foggia, dont la superficie d’un peu plus de 2 000 km² est égale à environ un quart de celle de la Corse, abrite aussi de nombreux monuments et d’innombrables témoignages de présence humaine sur très peu d’espace.

La Grotta Paglicci et la Grotta degli Dei

Cette colonisation remonte à l’âge de la pierre, comme en témoigne la Grotta Paglicci, située à proximité de Rignano Garganico. Les visiteuses et visiteurs peuvent y admirer de la vaisselle et d’autres objets d’usage courant tels que des armes, mais aussi des objets d’artisanat en silex fabriqués il y a environ 5 000 ans par les habitants de cette grotte. Les nombreuses grottes, creusées par l’action incessante de l’eau sur la roche très calcaire du massif du Gargano, ont également servi d’habitat, mais aussi de lieu de culte et de sépulture aux hommes de l’âge de bronze. Située au bord de la Baia di Manaccora, près de Peschici, la Grotta degli Dei (la « grotte des dieux ») est un témoignage impressionnant de cette période qui s’étend de 2 200 à 800 ans avant J.-C. environ. Les visiteurs pourront admirer dans cette grotte les nombreux objets en bronze, ambre et argile qui y ont été découverts, notamment des bijoux, des récipients et des armes. Un peu à l’écart de la grotte qui servait d’habitat, on a également trouvé des objets témoignant du travail du métal à l’âge de bronze, comme des moules de coulage. La Grotta degli Dei abrite enfin des traces d’artisanat textile précoce telles que des bobines de fil et des quenouilles.

Randonnée vers la nécropole : le Monte Saraceno et le Monte Pucci

En raison de sa situation exposée au sud-est de l’Italie, le Gargano joue depuis toujours le rôle de tête de pont vers la côte adriatique située juste en face et l’ouest des Balkans. C’est donc tout naturellement qu’au fil du temps, des peuples issus de ces régions se sont installés ici à plusieurs reprises. Dans ce contexte, il convient de citer en premier lieu les Dauniens, venus de la côte adriatique orientale pour coloniser la presqu’île durant la période avant J.-C., qui ont laissé de nombreux témoignages de leur culture, en particulier des lieux de culte et de sépulture. Le plus célèbre et aussi le plus important d’entre eux est indubitablement la nécropole du Monte Saraceno. Plus de 400 sépultures individuelles sont réparties sur les versants et au sommet de cette montagne. Celles-ci contenaient de nombreux objets funéraires comme des vases et des fibules et étaient également utilisées comme lieux de culte. Un autre site mortuaire a été découvert sur le Monte Pucci, près de Vico del Gargano. Celui-ci est le fait d’immigrants tardifs, les Salvons, qui conquirent le nord du Gargano au Xe siècle, emmenés par leur chef Sueripolos, et fondèrent vraisemblablement la localité de Vico vers 970 après J.-C.

La visite de cette nécropole se combine à merveille avec une promenade dans la charmante cité historique de Vico del Gargano, l’une des plus belles villes d’Italie.

Sur les traces des Lombards : le château « Svevo »

Dans les siècles qui ont suivi, l’histoire mouvementée du Gargano a été marquée par la présence des Grecs, des Romains et des Lombards. Au moyen âge, la région était, comme de nombreux territoires du sud de l’Italie, sous la domination des princes de Hohenstaufen. Ceux-ci ont laissé derrière eux un imposant témoignage de leur époque avec le Castello Svevo (château souabe) de Manfredonia.  Avec près de 60 000 habitants, cette ville du sud du Gargano est aujourd’hui la plus grande agglomération et le principal centre culturel et économique de la presqu’île. Elle a été fondée en 1256 par Manfred, fils du célèbre empereur Frédéric II de Hohenstaufen, non loin de la localité de Siponto qui avait été détruite en 1223 par un tremblement de terre. À Manfredonia et dans les environs, on ne manquera pas de visiter, outre le château de la maison de Hohenstaufen, la cathédrale Santa Maria di Siponto et l’ancienne abbatiale San Leonardo di Siponto, toutes deux construites dans le style roman.

Nicht nur für Pilger: San Michele am Monte Sant’Angelo

Ceci nous amène à aborder les édifices religieux qui constituent une autre attraction du Gargano. De hauts lieux de la chrétienté, comme le sanctuaire San Michele, construit dans la roche au Monte Sant’Angelo, attirent ainsi des pèlerins du monde entier depuis la fin du Ve siècle. L’édifice est niché dans une grotte creusée à même la montagne. Seul le clocher octogonal, construit en 1273/74, et le porche scindé en deux qui fut aménagé plus tard dépassent de la surface de la terre. Cette impressionnante église dans la grotte est un haut-lieu de vénération de l’Archange Saint Michel qui serait apparu en 492 à San Lorenzo Maiano, alors évêque de Siponto.

Église dans la grotte

Archange Saint Michel

Musée

Chemin de pèlerinage

Santa Maria di Pulsano

Un dernier lieu sacré à découvrir est l’abbaye Santa Maria de Pulsano. Érigé dès 591 sur les restes d’un temple païen, le monastère a été tour à tour occupé et géré par des moines de différents ordres chrétiens, comme les Célestins et les Bénédictins, qui, au fil des siècles, ont marqué de leur empreinte l’architecture des lieux.

Santa Maria di Pulsano, cour intérieure

Santa Maria di Pulsano

Foresta Umbra

Pour se remettre de la fatigue que peut parfois engendrer la visite de sites (pré-)historiques et religieux, rien de tel que de se ressourcer dans la Foresta Umbra (« forêt sombre ») déjà mentionnée plus haut. Cette immense forêt très dense, composée principalement de hêtres, de chênes et de pins d’Alep, invite tout autant à la randonnée que les vastes zones de maquis apulien avec leur végétation typiquement méditerranéenne.

Le Parc national du Gargano couvre plus de la moitié de la péninsule éponyme. Il est traversé par la Grande Traversata Garganica, un réseau très ramifié de sentiers bien balisés – à noter que ces derniers ne sont pas réservés à ceux qui souhaitent découvrir ce paysage naturel époustouflant « per pedes », mais que des chemins sont également prévus pour les amateurs de VTT ou de randonnée équestre.

Paysage 

Der kleine See

Ideal auch für Familienausflüge

Isole Tremiti

Comment omettre de mentionner les Isole Tremiti parmi les curiosités du Parc national du Gargano ? À quelques encablures du littoral, ces cinq îles minuscules, qui couvrent au total une surface d’à peine 3 km², enchantent par leur beauté naturelle saisissante. Visiteuses et visiteurs tombent sous le charme devant la végétation verte et variée du maquis, des formations rocheuses à couper le souffle, des grottes aux parois reflétant toutes les couleurs de l’arc-en-ciel et de petites plages de gravier pittoresques que vient lécher une mer couleur émeraude. Cela vaut surtout pour San Domino, la plus grande des îles et en même temps la mieux équipée pour accueillir les touristes. L’unique plage de sable de l’archipel, la Cala delle Arene, y invite à la détente et à la baignade dans une eau transparente. Sur l’île de San Nicolo, nature et culture se combinent à merveille. À côté des témoignages de colonisation antique, le monastère fortifié de Santa Maria a Mare qui trône au sommet de l’île est des plus impressionnants.

Depuis l’île de San Domino, la vue sur l’île de San Nicola est spectaculaire. Pas de vacances au Gargano sans visite des îles de Tremiti – à voir impérativement !

Pour en savoir plus : Vacances dans le GARGANO

Villaggio San Matteo

FERIENANLAGE « Villaggio San Matteo »
Contrada Torre del Porto – 71030 Mattinata del Gargano (Pouilles)
Italie

Tripadvisor Zertifikat Exzellenz San Matteo Apulien
Share This